Faux zèle et comportemets non sécuritaires, de certains policiers patrouillant les pistes cyclables.

Sécurité à vélo et policiers

Depuis la récente mise à jour de la loi sur la sécurité routière, plus particulièrement en ce qui concerne les cyclistes. Nous entendons des cyclistes se plaindre d’avoir reçu une contravention ou d’avoir été témoins de groupes de cyclistes encadrés (PELOTONS) qui ont reçu une contravention; parce que chacun des cyclistes n’avait pas fait individuellement leur arrêt obligatoire à un (stop) arrêt.

Personnellement, je n’ai jamais été témoin d’un tel comportement de policiers. Mais la raison pour laquelle je crois crédible ce qui m’est rapporté, c’est le fait que je suis témoins régulièrement de comportements en contravention de la loi et des règles de sécurité routières, de la part de cadets policiers et policiers en uniforme; qui ont pour tâche de veiller à la sécurité sur les pistes cyclables, (patrouillent les pistes cyclables) plus particulièrement en la ville de Montréal et de l'aglomération de Longueuil.

Exemple : chaque fois que j’ai vu deux cadets ou policiers circuler sur une piste cyclable, ils roulaient en double (un à côté de l’autre) et les quelques fois où ils étaient quatre cadets ou policiers, ils roulaient en double deux à deux. J’ai même à l’occasion, dû insister pour qu’ils me cèdent la voie. J’ai aussi été témoin à quelques reprises, que lorsqu’ils s’arrêtent, ils restent sur la piste où laissent leurs vélos sur la piste au lieu de dégager. Loin de moi ici l’idée de blâmer ces cadets et jeunes policiers. Je blâme plutôt leurs supérieurs de ne pas les former adéquatement, dans le but de remplir leurs tâches, en respects de la loi et des règles de sécurité tout en montrant le bon exemple. En montant le bon exemple, ils aideraient les encadreurs, qui ont à cœur la sécurité des cyclistes tout comme moi. Au lieu de cela leurs comportements, en contravention de la loi et des règles de sécurité, sont contreproductifs et sapent tous nous efforts pour l’amélioration de la sécurité des cyclistes. Lorsque j’interviens dans un peloton pour demander aux participants de rouler en file indienne, certains me répondent que même les policiers circulent en double. Alors merci messieurs les policiers de bien vouloir améliorer votre comportement sur piste cyclable.

Revenons aux contraventions mentionnées au début, en supposant que c’est vrai. Il est pour moi évident que dans ces cas hypothétiques, les policiers concernés ont erré dans l’interprétation de la loi et des règles de sécurité à vélo. Sur ce site, je vous réfère dans le menu, à la catégorie SÉCURITÉ, les pages PELOTON ENCADRÉ ET SÉCURITÉ, INTERSECTIONS GROUPE ENCADRÉ et CYCLISTES NON ENCADRÉS. Sur ces pages, je fais une description d’un fonctionnement sécuritaire d’un groupe encadré (PELOTON), aux intersections selon les différentes situations, que nous pouvons rencontrer. Ainsi qu'une description dans les mêmes situations pour les cyclistes seuls et groupes non encadrés. Vous serez ainsi à même de constater qu’il y a beaucoup de différence entre ce qui devrait être un comportement sécuritaire aux intersections, pour les groupes encadrés en comparaison des cyclistes seuls ou des groupes non encadrés.

Prenons ici quelques minutes, pour réfléchir à ce que pourraient être les conséquences, si le comportement de ces policiers dans un excès de zèle et à l’encontre de l’esprit de la loi deviendrait la norme. Tout d’abord, il est beaucoup moins sécuritaire d’exiger que chaque cycliste d’un PELOTON dument encadré fasse un arrêt, car cela créerait un trop grand espace entre chaque cycliste, les véhicules s’y intercaleraient, créant ainsi un risque de collision pour chacun des 5, 10 ou 15 cyclistes. La file s’allongerait indument rendant les communications impossibles et une perte de contrôle du PELOTON par les encadreurs. D’où confusion, manque de concentration, créant des conditions propices aux accidents. Tout à fait le contraire de ce que nous recherchons en établissant des procédures sécuritaires aux intersections.

Un autre effet pervers de cette application erronée de la loi serait de rendre la pratique du vélo en PELOTON dument encadré, tellement contreproductive et dangereuse, que les cyclistes ne voudraient plus y participer. Ceci aurait comme résultat d’annuler tous les efforts communautaires pour encourager la pratique du cyclisme, comme moyen de déplacement en protégeant l’environnement entre autres.

Charles E Blier

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-01-26