Avant de commencer à rouler en vélo, les prérequis.

1) Les buts et objectifs.

2) Choix d'endroit: route ou piste, urbaine ou rurale.

3) Choix d'équipement: type de vélo, outils, habillement, etc.

4) Choix du groupe: seul, petit groupe d'amis, groupe moyen, club enregistré ou club incorporé.

En tout premier lieu

 Il faut avoir une bonne idée des raisons de faire du cyclisme. Si votre but est de faire de la compétition, vous n'êtes pas sur le bon site, il existe des sites qui sont consacrés au cyclisme de compétition et je vous invite à faire une recherche sur Google, vous en trouverez plusieurs.

Certains veulent faire du cyclisme pour être en forme, d'autres pour le plaisir de rouler avec des amis, d'autres encore pour le plaisir d'explorer, etc.. Souvent, c'est pour une combinaison ou l'ensemble de ces raisons.

Les buts auront une influence sur le choix du vélo, de l'habillement, du groupe et des endroits où rouler. Si vous êtes débutant, il vous faudra probablement faire des essais avant d'arrêter votre choix.

Le choix d'endroit: route ou piste, urbaine ou rurale.

Où voulez-vous rouler? Entre rouler sur une route et rouler sur une piste cyclable, il y a de bonnes différences.

En zones rurales, les routes sont majoritairement asphaltées, lorsqu'elles sont achalandées, en général il y a un accotement et nous roulons dessus. Les routes secondaires n'ont pas d'accotement, l'asphalte de la chaussée y est généralement assez bon, je dirais que ça s'améliore d'année en année, mais à l'occasion elles peuvent être en très mauvais état et même dangereuses. Si vous n'êtes pas expérimenté, il vaut mieux ne pas vous y aventurer seul.

Sur la route, il est très important d'être visible, d'être prévisible, de prendre sa place et de la garder, car sur le bord de la chaussée, il y a souvent des trous ou d'autres obstacles qu'il faut éviter, il faut donc toujours garder une marge de sécurité, soit 12" ou 30 cm de tout obstacle. La loi nous demande de rouler à l'extrême droite de la chaussée, mais elle n'exige pas que nous roulions dans les trous.

La loi demande aux véhicules de laisser un minimum d'espace de 1.5 mètre lors d'un dépassement de cyclistes sur les routes en zone rurale, il leur est même permis de traverser la ligne continue pour le respect du 1.5 m. En général, si nous sommes trois cyclistes ou plus, les véhicules vont respecter la règle du 1.5 m, mais si nous sommes seuls ils ont tendance à nous frôler de très près. Donc c'est une raison de plus pour ne pas vous y aventurer seul si vous n'êtes pas expérimenté.

Pour ce qui est des routes urbaines, les conditions varient énormément. Lorsqu'on roule sur la route, nous devons inévitablement traverser des villages ou des villes, la circulation y est moins rapide en général, mais les obstacles sont souvent nombreux. Il faut être très vigilants, mais généralement ça en vaut la peine que ce soit en randonnée ou en cyclotourisme, il y a de très beaux villages et petites villes au Québec. Sur les routes urbaines, la règle du 1.5 m devient 1.0 m, car la vitesse des véhicules y est moins élevée.

Sur les bandes cyclables et chaussées désignées, elles sont toujours asphaltées, elles sont assez sécuritaires, mais il faut surveiller les trous et les véhicules. Les pistes en lieu propre, sont généralement asphaltées et de bonne qualité, mais beaucoup sont en criblure de pierre. Une criblure de pierre bien compactée peut être presque aussi confortable que de l'asphalte, mais il faut être prudent, car il arrive qu'elle ne soit pas bien compactée et dans ce cas il peut être difficile de contrôler la direction du vélo, donc il y a risque de chute. Si vous voulez rouler sur les pistes cyclables, il est important de bien choisir la bonne largeur de pneus. Les pistes en lieu propre asphaltées ou en criblure de pierre ont un inconvénient non négligeable, car souvent nous devons traverser des routes alors que les véhicules n'ont pas de signaux d'arrêt. Il faut être très vigilants.

Si vous êtes débutant ou presque, il est préférable de commencer sur les pistes cyclables, les risques d'incidents y sont plus nombreux que sur la route, mais portent moins à conséquence. Dans les deux cas, il faut toujours être très prudents, il y a des règles de sécurité à respecter. Voir la rubrique : La SÉCURITÉ

Choix d'équipement: type de vélo, outils, habillement, etc.

Le type de vélo, hybride ou de route? Si vous êtes débutant ou peu expérimenté, je vous conseille un bon vélo hybride. Si vous voulez faire seulement de la randonnée, il pourrait être en fibre de carbone, mais si vous voulez faire du cyclotourisme, il vaut mieux éviter le carbone et préférer l'acier, l'aluminium ou si vous recherchez la légèreté optez pour un alliage. En cyclotourisme, vous aurez à transporter des sacoches et les vélos en carbone ne sont pas faits pour ça. Mais surtout, si vous voulez aimer le cyclisme, éviter à tout prix la vieille bécane de votre beau-frère.

Pour un bon vélo, il n'est pas nécessaire de payer très cher. Hybride ou de route, vous pouvez en avoir un pour environ 1,000$ à 2,000$. À moins de vouloir faire de la compétition, ce qui n'est pas votre cas. Je trouve assez spécial de voir des personnes qui ont un excédent de poids de 10 à 30 kilos, payer de 2,000$ à 10,000$ de plus pour une réduction de poids de 2 à 4 kilos. Personnellement, j'ai préféré perdre 3 kilos au lieu de payer 7,000$ de plus et je m'en porte que mieux. 

Si vous faites uniquement des randonnées sur les routes, un bon vélo en carbone est correct, mais soyez conscient que la sacoche sera fixée au poteau de selle et qu'il sera plus fragile. La largeur des pneus est généralement de 23 ou 25 mm.

Si vous faites de la piste cyclable ou que vous faites du cyclotourisme, en plus d'être un vélo hybride, la largeur des pneus devrait être au moins de 28 mm. Dans le cas du cyclotourisme, le cadre doit être prévu pour y fixer les sacoches. Pour ce qui est des pédales, standard, calle-pied à courroie ou à clip automatique, tout dépend d'une foule de facteurs qui seront traités dans une autre rubrique. Voir la rubrique : Les pédales

Il est très important de bien magasiner, posez des questions, si les réponses ne vous inspirent pas confiance, allez voir ailleurs. N'oubliez pas que quelques fois les vendeurs vous offrent ce qu'ils ont et non ce qui vous convient.

 

Les outils et autres équipements: Il est important de se procurer une trousse d'outil de dépannage, dont un nécessaire pour enlever un pneu et réparer une crevaison. La majorité des clubs exigent que vous ayez une chambre à air de rechange, il est prudent d'avoir une petite pompe, sinon vous serez dépendant d'un bon samaritain. Votre vélo doit être équipé de porte-bouteille, d'une sacoche pour votre lunch, outil, etc. Votre vélo doit aussi être équipé de réflecteurs prévus par la loi. Sur le site de Véloberville, vous trouverez une liste plus détaillée. Pour protéger vos yeux, n'oubliez pas les lunettes de soleil. Pour votre sécurité, équipez votre vélo d'un rétroviseur, personnellement, je préfère le rétroviseur fixé au casque, car il couvre un champ beaucoup plus grand en plus de donner les vraies distances. Un cyclomètre (odomètre) n'est pas un luxe pour calculer les distances, la vitesse, etc. Pour plus d'information sur les outils et équipements requis, voir le site de La cordée.

  

Habillement: En tout premier lieu, un bon casque de sécurité bien ajusté, quel que soit le type de cyclisme que vous avez l'intention de faire. Tous les clubs qui se respectent l'exigent. Pour ce qui est des autres pièces de vêtement, tout dépend de plusieurs facteurs. Pour des randonnées jusqu'à 20 km, au beau soleil et au tour de 20 degrés Celsius, un short et un t-shirt conviendront. Pour des randonnées plus longues, il est fortement recommandé de porter un bon cuissard ayant un bon chamois synthétique, surtout si la température est élevée, sinon vous risqueriez une irritation grave, vous savez où! Le rôle du chamois, qui en passant se porte directement sur la peau, c'est d'évacuer humidité et chaleur. Autre vêtement important, les gants de vélo, leur rôle est de fournir une bonne prise sur le guidon même mouillé par la sueur et leurs coussinets réduisent les engourdissements par une meilleure répartition de la pression sur le guidon. Il y a aussi les souliers, il est primordial que la semelle soit très rigide, les souliers de marche ou de course ne sont pas faits pour le vélo et les gougounes pour la plage!!! Voir la rubrique : Les souliers de vélo. Pour le reste, il faut s'adapter aux conditions de la météo, aux longueurs des randonnées, etc. Les vêtements doivent être ajustés au corps, ne pas battre ni offrir de résistance au vent. La majorité des bons clubs offrent des maillots à leurs couleurs, la qualité varie, mais en général ils sont en tissu qui évacue la sueur. 

Choix du groupe: seul, petit groupe d'amis, groupe moyen, club enregistré ou club incorporé.

Rouler avec qui: Si vous roulez seul, je conseille les pistes cyclables et dans des endroits bien fréquentés, c'est une question de sécurité en cas d'accident ou si vous êtes une femme sans une bonne technique de défense. Si vous êtes débutant, je ne vous conseille pas de rouler seul, il y a tant à apprendre que vous aurez besoin de bons conseils d'un cycliste expérimenté, c'est aussi une question de sécurité, au début vous aurez à vous familiariser avec les règles de sécurité à vélo, ce n'est pas inné.

 

Un petit groupe: Par petit groupe, j'entends de deux (2) à cinq (5) amis. Si vous avez les mêmes objectifs, que vous êtes capable de vous ajuster aux capacités des autres, vous aurez beaucoup de plaisir. Il est important de toujours rester solidaire et au moins en contact visuel, de sorte que si un membre du groupe a des difficultés, les autres seront en mesure de l'aider. Dans un tel groupe, il n'y a pas d'encadreur officiel, chacun est responsable de sa sécurité, personne ne devrait prendre sur lui la responsabilité de dire aux autres quoi faire, du moins pas directement. Le choix de l'itinéraire se fait en consultation ou à tour de rôle.

 

Un groupe moyen: Par groupe moyen, j'entends de six (6) à quinze (15) participants en moyenne par randonnée, la loi limite à quinze (15) cyclistes par groupe, s'il y a plus de quinze (15) cyclistes, il faut faire deux groupes. Habituellement dans ce genre de groupe, le responsable est celui qui envoie les invitations à ceux qu'il souhaite avoir dans son groupe, c'est un groupe fermé, il n'y a pas de cotisation et il est normal de limiter le nombre de participants, pour garder le contrôle. Certains membres du groupe vont contribuer en préparant un itinéraire ou en remplaçant le responsable en cas d'absences. Généralement, le responsable du groupe a une bonne prise sur le groupe et un participant qui ne respecterait pas les règles de sécurité serait exclu du groupe et il ne sera plus invité. Personnellement, j'ai beaucoup de plaisir à rouler avec le groupe (issu de Saint-Sébastien) à Boucherville. Ces groupes sont assez homogènes en terme de capacité. Tous les participants ont beaucoup d'expérience.

Chaque participant est responsable de sa propre sécurité, il ne reçoit pas d'ordre et n'en donne pas, pour éviter de prendre des responsabilités qui pourraient lui causer préjudices.  Il est important de toujours rester solidaire et au moins en contact visuel, de sorte que si un membre du groupe a des difficultés, les autres seront en mesure de l'aider.

 

Un club enregistré: Dans les faits, c'est une association immatriculée, qui a un nom et un numéro de matricule unique auprès du registraire des entreprises du Québec. Un individu (administrateur) est responsable de l'association comme si c'était de sa propre personne. L'association (enregistrée) a une existence légale, mais elle n'est pas une personne morale (voir plus bas incorporation par opposition). 

En général, ces clubs sont des hybrides entre les groupes, petits et moyens et les vrais clubs, c'est-à-dire ceux qui sont incorporés. Ils prélèvent une cotisation, donc ils ont des membres, ils ont une structure administrative et de fonctionnement plus ou moins élaboré. Ils ont un petit comité de direction, quelques règles de fonctionnement, quelques bénévoles, un calendrier des randonnées et parfois des itinéraires de randonnées. Certains ont des encadreurs qui prennent sur eux la responsabilité de diriger les groupes de participants lors de randonnées, mais ils ne sont pas couverts par une assurance pour les gestes qu'ils posent, d'où la principale cause d'un manque de bénévoles. Les clubs enregistrés, peuvent souscrire une assurance responsabilité auprès de Vélo Québec Association, le coût est minime soit environ 3$ par membres, l'assurance couvre les participants pendant les activités du club, mais elle ne couvre pas les dirigeants ni les bénévoles pour les gestes qu'ils posent. 

Ce genre de club enregistré peut se justifier pendant une période transitoire en attendant l'incorporation, mais ne devrait jamais être vu comme une condition de moyen terme et encore moins de long terme. Je ne recommande pas ce genre de club qui n'arrive pas à voir la nécessité de se donner une structure plus rigoureuse, surtout dans le but de protéger ses dirigeants et bénévoles, comme il est du devoir de tout organisme, que ce soit une compagnie ou une association.

 

Un club incorporé: C'est une entité juridique ou personne morale complètement indépendante des individus qui la dirigent. Je les qualifie de vrais clubs, car ils se sont donné une structure plus rigoureuse, qui leur permettent d'être accrédité par une ville, comme association sportive sans buts lucratifs, ce qui les rendent éligibles pour cotiser une assurance responsabilité par l'entremise de l'Union des Municipalités du Québec. Assurance qui couvre les gestes posés par les administrateurs et bénévoles du club. Pour ce qui est de suggestion des règlements généraux, du fonctionnement du conseil d'administration et des règles de fonctionnement d'un club, je vous réfère à la rubrique : Incorporer un Vélo Club.

Bien qu'il y a parmi les clubs incorporés, une grande variété au niveau de la qualité, au moins vous pouvez vous attendre à une administration plus rigoureuse que dans les clubs enregistrés. Autre avantage majeur, l'incorporation est généralement un prérequis pour avoir des commanditaires et une exigence absolue pour avoir des subventions. Si vous devez choisir, je vous recommande les clubs incorporés. J'en connais qui sauront satisfaire vos besoins et je n'hésiterai pas à vous en recommander, dans la rubrique : Suggestion de clubs.

En général, les clubs incorporés offrent plus de services que les clubs enregistrés, ils ont des encadreurs certifiés Vélo Québec, ont plus de bénévoles, ont plus de membres, offrent une plus grande variété de randonnées, vous avez le droit de voir les états financiers en plus d'avoir voie aux discutions lors des assemblées et le droit de voter les règlements généraux. Voir aussi Comment choisir le bon club de vélo.

Charles E Blier

Webmestre

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-09-11